Page d'accueil
partager :
Le compostage individuel (maison)

Le compostage individuel (maison)

Les biodéchets représentent 45 % du poids de la poubelle noire d'un habitant du SICTOM…pour l'alléger, allons au plus simple : rendons-les à la nature… !

Les biodéchets, c'est quoi ?

01-image biodéchets

Ce sont les déchets biodégradables : les aliments jetés, les épluchures, les tontes de pelouse, papier essuie-tout, feuilles mortes, marc de café…

Épluchures, restes de repas, coquilles d'œufs, auxquels s'ajoutent pelouse et branchages…trop de déchets fermentescibles remplissent encore nos poubelles !


Lorsqu'ils sont jetés dans la poubelle noire, ils sont incinérés. L'incinérateur dépense beaucoup d'énergie pour brûler ces déchets car ils sont majoritairement composés d'eau, contrairement au plastique. Cela dégage aussi beaucoup de GES (gaz à effet de serre), et est très couteux (environ 140 €/tonne) nous avons donc toutes les raisons d'éviter de jeter ces biodéchets avec les ordures ménagères…

Lorsqu'ils sont jetés dans la benne « déchets verts » à la déchèterie, les tontes, branchages et feuilles sont récupérés pour être transformés en compost de déchets verts, selon un processus industriel. Ce procédé est préférable au brûlage, mais induit tout de même des coûts de traitement (environ 15 €/tonne) et de transport, d'où l'émission de matières polluantes également.
Au SICTOM, nos déchets verts sont envoyés sur la plate-forme de compostage de Montmirail dans la Sarthe (à 40 km de Nogent-le-Rotrou)

À vos composteurs !

Composter ses déchets à la maison, c'est un geste simple accessible à toutes les personnes possédant un jardin, même un petit !

En vous équipant d'un composteur :

  1. Vous vous déplacerez moins à la déchèterie
  2. Votre sortirez moins votre poubelle noire, et elle ne sentira plus mauvais (c'est le pourrissement des biodéchets qui dégage ces odeurs)
  3. Vous obtiendrez à la maison un amendement naturel pour vos plantes
  4. …et vous n'aurez plus besoin d'acheter d'engrais chimiques (dangereux pour votre santé) en jardinerie… !!!

Au 1er mai 2014, 2400 composteurs ont été distribués sur les 50 communes du SICTOM, soit 12 % du territoire.


Vous n'êtes pas encore équipés ? Il n'est pas trop tard !

Chaque premier mercredi du mois, une permanence a lieu au local du SICTOM, de 10h à 12h30.

  • 4 bis, rue Thibault Meyniel, à NOGENT LE ROTROU

Les modèles proposés et le bio-seau

03-image composteur plastique 04-bio seau sictom

Le SICTOM vous propose des modèles de composteurs en plastique de 300L ou 600L, selon la taille de votre jardin. Un bio-seau vous sera également remis gratuitement.

N'oubliez pas de vous munir :

  • D'un justificatif de domicile (facture EDF, pièce d'identité, quittance de loyer...)
  • D'un moyen de paiement (chèques, espèces)
  • D'un bon de commande complété

Les composteurs tiennent facilement dans un coffre de voiture, pas besoin d'emmener de remorque.
Une notice de montage est fournie. Ce dernier prend 5 minutes
Un bio-seau est également attribué avec le composteur, il vous permettra de trier facilement et proprement vos déchets de cuisine qui pourront être déposés dans votre composteur.
Un guide du compostage vous est remis, et notre maitre-composteur pourra répondre à toutes vos questions lors de la remise de votre composteur.
Un seul composteur peut être vendu par foyer, si vous souhaitez en acquérir un second, adressez-vous à une jardinerie ou un magasin de bricolage.

Composteur dégradé ou âbimé

Si votre composteur a subit des dégradations, nous pouvons vous fournir un modèle neuf. Pour cette 2ème acquisition, les composteurs 300L sont à 20€ et les composteurs 600L à 40€.

Comment composter ?

Attention toutefois, le compost n'est pas un simple tas de déchets. Si on se contente d'entasser les biodéchets, le processus ne prendra pas et des mauvaises odeurs se dégageront.

Pour commencer…

Installez votre composteur sur un terrain plat, préalablement désherbé pour favoriser la circulation des insectes et des micro-organismes entre la terre et les matières en décomposition.

Il sera idéalement placé dans un endroit légèrement ombragé et abrité du vent. Ne l'installez pas trop loin de votre habitation, au risque d'être découragé les jours de mauvais temps…

De plus, avant de commencer le compostage (de préférence au printemps), disposez des petits branchages sur le sol pour permettre une bonne aération et l'écoulement des eaux.

Le compostage en tas

Vous pouvez opter pour le compostage en tas, si vous ne souhaitez pas faire l'acquisition d'un composteur.

Les avantages du tas :

  • Le tas de compost est mieux adapté que le composteur pour les grands jardins qui produisent des grandes quantités de déchets à des moments particuliers : tontes au printemps, feuilles mortes en automne.
  • La hauteur et le volume du tas sont fonctions de la quantité de déchets.

Les inconvénients du tas :

  • Il est moins protégé des animaux que le silo. C'est pourquoi, il vaut mieux le caler entre des planches qui évitent que des animaux ne grattent le tas ;
  • Il est moins protégé des graines de plantes indésirables qui peuvent s'implanter si le tas n'est pas couvert ;
  • Il est moins protégé du dessèchement en été et des excès de pluies, sauf s'il est couvert ;
  • S'il est mal fait, il est peu esthétique.

Les besoins des animaux composteurs

Vers rouges EiseniaFoetida présents dans le compostLe compostage est un processus naturel, mettant en jeu des organismes vivants (petits vers rouges, cloportes, bactéries, araignées…).

Pour que ces organismes dégradent la matière, il faut leur apporter ce dont ils ont besoin en suivant 4 règles simples :

Ils ont besoin de respirer : MÉLANGEZ, AÉREZ.

Un peu à chaque apport, et l'ensemble du bac un fois par mois. Ainsi la fermentation se fera en présence d'oxygène. Sans cet oxygène, la fermentation se fait par d'autres bactéries : elles sont beaucoup moins efficaces, et surtout elles dégagent de mauvaises odeurs.

Ils ont besoin d'avoir un régime varié : MÉLANGEZ

Mélangez les déchets carbonés et secs (branchages, feuilles mortes, papier essuie-tout, boîte à œufs en cartons) avec des déchets azotés et humides (pelouse, épluchures,..), la décomposition au sein de votre compost n'en sera que plus efficace !

Pour se souvenir de cela, retenez :

  • Matières riches en carbone = brun = sec = rigide
  • Matières riches en azote = vert = humide = mou

Astuces

Au l'automne, vous pouvez stocker dans un sac les feuilles mortes ramassées dans votre jardin. Elles apporteront du carbone à votre composteur en hiver et au printemps, pour garder le mélange homogène.

Utilisez des « activateurs » naturels tels que l'ortie.

Basez-vous sur votre sens de l'observation, soyez votre propre expérimentateur : n'hésitez pas à composter toutes les matières « naturelles » saines et non traitées que vous produisez, il n'y a aucun risque.

Ils ont besoin de boire, mais pas trop

Humidifiez le compost lorsqu'il vous parait trop sec, mais sans excès.

Si c'est trop sec

La transformation des déchets en compost sera lente. La fermentation ne se fera plus par les bactéries mais surtout par des champignons, reconnaissables à leur filament blanc (le mycélium).
La décomposition peut même s'arrêter suite à un dessèchement trop important.
Des rongeurs et des reptiles s'installent parfois dans un tas de compostage trop sec.
Au final, le compost sera de moins bonne qualité.

Si c'est trop humide

La décomposition sera là aussi très mauvaise, avec un manque d'oxygène et des fermentations anaérobies malodorantes. Le compost obtenu sera de très mauvaise qualité, pouvant même être toxique.

Avec l'expérience, on se rend compte s'il faut arroser. Arrosez seulement si c'est nécessaire, si c'est trop sec. Par exemple lorsque vous ajoutez une grande quantité de feuilles mortes ou de branches broyées.

DIVISEZ pour mieux composter

Coupez les légumes abimés, écrasez les coquilles d'œufs, broyer les branchages. Cela permettra d'accélérer l'attaque par les micro-organismes, et donc la décomposition. De plus, lorsque vous récupérerez votre compost, il sera plus fin et vous n'aurez pas besoin de le tamiser avant de l'utiliser.

Avec l'utilisation d'un composteur, le compost peut être mûr au bout de 4 à 5 mois en été, un peu plus en hiver.

Le compost mûr est brun foncé et ressemble à du terreau de forêt. Il sent bon (ou ne sent rien), il est friable (mais il peut être tassé). Il ne contient quasiment plus de petits vers rouges. On peut le récupérer grâce à la petite trappe située à la base du composteur.

Comment utiliser le compost ?

Le compost est un amendement qui améliore la structure des sols : il allège les terres lourdes et donne de la tenue aux terres légères. Il protège les sols de l'érosion et de la battance due aux fortes pluies.

C'est aussi un excellent engrais complet, idéal pour la plupart des cultures. Il pourra même convenir aux cultures les plus gourmandes, si vous y ajoutez des engrais naturels comme des cendres de bois et de la poudre d'os.

Le compost s'utilise sur toutes les cultures :

Les différentes manières d’utiliser le compost (Photos : Denis Pépin)

  • sur les parterres de fleurs, de rosiers et les haies fleuries (à gauche de la photo) ;
  • lors de la plantation d'arbres et d'arbustes (au centre de la photo) ;
  • au potager (à droite de la photo).

Pour l'utiliser, c'est simple :

  • épandez le compost au pied des plantes gourmandes : rosiers, framboisiers, fraisiers, tomates, poireaux, choux, entre les rangs de légumes.
  • ensuite, l'idéal est de griffer la terre pour incorporer le compost à la surface du sol, puis de couvrir le sol avec un paillis (voir (lien page)jardiner au naturel)
  • en dessous, les vers de terre et les microorganismes finiront de le digérer et de le transformer en humus tout en libérant les sels minéraux pour les besoins des plantes.

De la même manière, on peut mettre du compost bien mûr :

  • en mélange avec de la terre, dans le trou de plantation des arbustes, fleurs, tomates, courgettes…
  • avec de la terre et du sable grossier pour rempoter vos plantes vertes.

Le compost : pas en profondeur

il n'est pas souhaitable d'enfouir le compost en profondeur, surtout si la terre est humide. Le mieux est d'imiter ce qui se passe en forêt où personne n'enfouit la litière de feuilles mortes. Dans la nature comme dans le jardin, les microorganismes qui transforment le compost en humus et en extraient les sels minéraux sont présents surtout dans les 10 premiers centimètres du sol.

Plan d'accès : Le compostage individuel (maison)

En savoir +

En compostant, on peut éviter jusqu'à 40kg de déchets par an et par habitant !

Article inspiré d'un dossier réalisé par Denis Pépin, Ingénieur écologue et agronome, journaliste horticole, conférencier et auteur de nombreux ouvrages sur le jardinage écologique. Jardinier, il a reçu le 1er prix du concours national des Jardins potagers de France.

"Composts et paillis, pour un jardin sain, facile et productif" édition Terre Vivante

À télécharger :

    Haut de page
    Agence de création de sites Internet pour les professionnels et les collectivités située à Nantes